Les médicaments deviennent sur-mesure grâce à l’impression 3D

index

Des comprimés personnalisés aux différentes pathologies d’un seul individu vient d’être mis au point grâce à l’impression 3D.

L’Université Nationale de Singapour vient de mettre au point une imprimante 3D qui permet d’imprimer des cachets personnalisables pour avoir les doses parfaitement adaptées aux patients. Grâce à cette imprimante 3D, il est possible de mélanger plusieurs substances en un seul et même comprimé quand il n’y a pas d’interactions entre elles. Cela permet d’éviter la multiplication des cachets à avaler dont de nombreux patients se plaignent. L’oubli de certains comprimés est aussi limité de cette manière.

Là où le procédé est révolutionnaire, c’est par la possibilité de différer le délai d’action de certains composants du comprimés permettant ainsi de ne prendre qu’un seul comprimé à un moment T de la journée. Pour cela, les chercheurs ont décidé d’utiliser différents composés pour les cloisons internes du comprimé qui se désagrègent plus ou moins rapidement afin de contrôler le moment où la substance agira dans l’organisme.

Le praticien n’a qu’à rentrer dans son logiciel les doses prescrites et les horaires auxquels celles-ci doivent être prises, après quoi les données sont analysées pour voir comment remplir le comprimé personnalisé et il est envoyé en impression 3D. Les chercheurs ont déposé un brevet et expliquent que leur projet est de mettre ces imprimantes à disposition dans les hôpitaux et cliniques de Singapour dans les mois qui viennent afin de les rendre accessibles au plus grand nombre.