Une fédération française de e-sport officiellement créée

index

La secrétaire d’Etat au numérique Axelle Lemaire annoncera mercredi la création d’une instance officielle, premier pas de la reconnaissance de la discipline.

 

Une fédération française de esport va voir le jour. Mercredi, une réunion aura lieu au ministère de l’Economie, autour d’Axelle Lemaire, la Secrétaire d’Etat chargée du numérique, afin de doter la France d’une première structure reconnue officiellement, représentant l’esport.

Dans les faits, cette fédération, désignée sous le nom de Fédération France-Esport, aura pour mission de permettre l’encadrement légal des compétitions, la création d’un statut légal des compétiteurs mais également de traiter les sujets des diffusions télévisées et de développement d’événements de statures internationales. Parmi les membres fondateurs, on retrouve des organisateurs de tournoi, des diffuseurs, des joueurs et également des représentants des éditeurs de jeux vidéo :

– le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (Sell)
– le Syndicat national des jeux vidéo (SNJV)
– Oxent (ESWC / Toornament)
– Webedia Gaming (Jeuxvideo.com / Millenium)
– Turtle Entertainement (ESL)
– Alt Tab (O Gaming)
– Malorian (Dreamhack France)
– L’équipe LDLC
– Futurolan, l’association organisatrice de la Gamers Assembly
– Lyon E-Sport

Les compétitions d’esport peuvent rassembler jusqu’à plusieurs milliers de spectateurs et comptent des dotations de parfois plusieurs dizaines de milliers d’euros. L’exemple le plus abouti de cette intégration de l’esport au rang des disciplines traditionnelles se trouve en Corée du Sud, qui dispose de l’influente Korean esports Association (KeSPA). Fondée en 2000 et rattachée au ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, elle est encore quelque sorte l’organe de tutelle du monde professionnel du jeu vidéo coréen. C’est dans ce même pays que siège également la Fédération internationale d’esports (IeSF) depuis sa fondation en 2008. A ce jour, 45 comités nationaux en font partie.